MOTS D'UN ENFANT À SA MAMAN


Mots d'un enfant à sa maman


Quand on est un enfant, il y a des mots qu’on ne sait pas dire, qu’on ne sait pas écrire. Alors, on a cherché la petite personne en nous et on lui a fait dire ce qu’on avait au fond de notre coeur pour une personne bien particulière.



Maman,


Je te réveille la nuit et tu te lèves pour moi. Pour me rassurer quand je suis seul dans le noir et que j’ai besoin de toi. Tu me serres contre ton corps, je m’apaise et m’endors enfin. Avec tendresse tu me reposes dans mon lit et tu repars te coucher. Mais au petit matin, j’ai encore besoin de toi, je te réveille à nouveau et tu reviens. Tu reviens toujours. Malgré mon sommeil compliqué et ta nuit entrecoupée.



Je réclame à manger à tout moment de la journée et tu me donnes le sein, tu prépares un biberon ou un bon repas pour moi. Pour me donner des forces, accompagner ce petit corps qui pousse si vite et qui réclame tant. Tu t’assois, tu prends du temps avec moi et je savoure mon petit plat. Avec amour tu me regardes déguster mes biberons du matin et mes premières purées. Mais je trouve que rechigner à boire mon lait ou balancer le contenu de ce petit pot partout autour de moi, c’est beaucoup plus rigolo. Alors, tu m’expliques que la nourriture c’est dans la bouche, pas sur le sol. Bien sûr, cent fois je recommence et cent fois tu m’expliques. Malgré mon envie de repeindre la cuisine avec ma si belle purée orange et ta patience mise à rude épreuve. Tu m’expliques toujours.



J’ai envie de parcourir le monde et tu m’accompagnes au quotidien. Dans tes bras, dans mon porte-bébé ou à bord de ma poussette, tu m’emmènes avec toi. Je découvre de nouveaux horizons, des rues pleines de gens, des chemins de campagne, des forêts en automne, des plages ensoleillées, la maison de tes amis ou celle de mes grands-parents. On croise un chat, un chien, une vache ou une poule. Et parfois toute cette nouveauté m’effraie, je me blottis contre toi et tu me rassures. Tu me fais découvrir le monde et je suis en sécurité.



Je veux comprendre ce qu’il se passe, faire comme tous ceux que je vois, alors tu m’apprends la vie. Tu m’apprends à parler, je dis mon premier mot et tu fonds. Tu m’apprends à marcher, je fais mes premiers pas et tu es impressionnée. Tu me montres comment manger puis un jour je me nourris seul et juste ça suffit à te rendre heureuse. Tu me présentes un jeu de construction, je bâtis et tu es fière. Tu es toujours fière de moi.



Je ne demande qu’à m’amuser et, pour moi, tu te transformes en une reine du divertissement ! Tu me fais des grimaces, je souris. Tu me chatouilles, je rigole. Tu crées des marionnettes avec tes mains, je trouve ça formidable. Tu me chantes une comptine et je gazouille avec toi. Tu me montres un nouveau jeu et je joue avec plaisir. Parfois, je me lasse vite et je t’en demande encore plus. Alors, une autre idée te vient en tête et tu recommences pour mon plus grand bonheur. Tu fais toujours tout pour mon bonheur.



J’ai du mal à me faire comprendre, j’apprends à gérer mes émotions et ce n’est pas toujours évident. Ni pour moi, ni pour toi. Pour m’exprimer je grimace, je souris, je babille, je pleure parfois et je gesticule beaucoup. Mais je te vois faire, je t’entends me parler, je te vois échanger avec des gens pour communiquer, je te regarde sourire aux uns et expliquer aux autres ton mécontentement, je te vois dire Oui, Non Merci et Au revoir, tu es mon modèle. Un modèle d’intelligence, de patience, de bonté et de bienveillance.



Que je sois souriant, que j’apprenne, que je hurle, que je répète après toi, que je me dandine, que je fasse ma fine bouche, quelle que soit la situation en somme, tu es toujours là pour moi. Je te demande tellement de choses, tellement de temps. Et toi, tu trouves toujours un peu d’énergie, tu fais le maximum pour moi. Je le sens au plus profond de mon coeur, tout l’amour que tu me donnes, c’est un amour inconditionnel.



Alors, même si je ne parle pas encore, que les bruits que je fais ou les mots que j’aligne n’ont pas toujours un sens pour toi, sois sûre que toutes ces attentions, tous ces moments, tous ces apprentissages, tout ce temps que tu m’accordes, je l’apprécie et j’en suis reconnaissant.



Et un jour, je pourrai t’écrire Merci Maman, moi aussi je t’aime.


Mais pour le moment, tu me souris, je te souris et ça suffit à notre bonheur.





PARTAGER CET ARTICLE



Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés